Job étudiant : récap’ des plafonds à ne pas dépasser et des mesures prises pour 2020

Lorsque tu travailles en tant qu’étudiant, tu dois respecter certaines limites, en termes d’heures prestées et de revenus. Sinon, gare aux mauvaises surprises ! Mais étant donné l’année particulière que nous sommes en train de vivre, certaines adaptations ont été apportées à ces plafonds. On fait donc pour toi le point général et le point pour… Lire la suite
The post Job étudiant : récap’ des plafonds à ne pas dépasser et des mesures prises pour 2020 appeared first on Infor Jeunes.

Ai-je encore une chance de trouver un job étudiant cet été ?

Quelle année étrange nous sommes en train de vivre ! Que ce soit sévèrement ou plus légèrement, nous avons tous été touchés d’une façon ou d’une autre par cette crise. Les jobistes, par exemple, n’ont pas été épargnés. Beaucoup d’entre eux ont perdu leur job durant le confinement, entrainant au passage des difficultés financières pour certains. À l’approche des vacances d’été, vous êtes donc nombreux à vous demander si vous allez pouvoir travailler cet été. Y a-t’il encore de la place ? Si oui, où ?
Moins d’offres que d’habitude
On ne va pas te mentir, il y aura moins d’offres que d’habitude, c’est certain. L’une des explications est que le secteur qui engage habituellement le plus d’étudiants est l’Horeca. Or, même s’il redémarre tout doucement, la priorité pour ce secteur est de pouvoir remettre au travail les travailleurs qui étaient au chômage et de ne pas en arriver à en licencier une partie. Forcément, les jobistes ne seront donc pas leur priorité cet été.
Y a-t-il encore de l’espoir pour cet été ?
Rassure-toi, il y a et il y aura encore des jobs disponibles. Mais pour espérer décrocher un job cet été, il ne faut plus trainer ! Si tu es un adepte du « last minute », on te conseille de ne pas miser dessus cette année. En effet, à partir du moment où la demande dépasse l’offre, il est assez logique qu’il soit important d’être en haut de la liste des postulants…Nous te parlions de l’Horeca plus haut, secteur dans lequel les chances seront beaucoup plus minces que d’habitude, mais il est loin d’être le seul à engager des étudiants !
Où chercher … ou pas ?
Premier conseil : il ne sert à rien de te fermer toi-même des portes. Tu avais pensé postuler spontanément à tel ou tel endroit, mais tu as bien peur que la crise anéantisse tes chances ? Postule quand même ! Tu n’as rien à perdre si ce n’est quelque minutes à préparer une candidature, et ce n’est jamais perdu, d’ailleurs ! Par exemple, si le timing n’est pas le bon, l’employeur pourrait garder ton CV sous le coude et te rappeler un peu plus tard.
Même s’il ne faut pas se fermer de porte, il est évident qu’il vaut mieux éviter de n’envoyer ton CV que dans le secteur Horeca. En temps normal, cela passerait certainement, mais cette année, il vaut mieux diversifier, car ce secteur se remet à peine de ses pertes.
Pour le secteur touristique, qui engage aussi beaucoup d’étudiants durant l’été, il est encore difficile de prévoir si les opportunités seront nombreuses ou non. En effet, il a également énormément souffert de la crise MAIS beaucoup de belges vont passer leurs vacances en Belgique et vont chercher à changer d’air et de paysages tout en restant dans leur pays. L’été est donc assez prometteur pour le secteur, penses-y ! 🙂
Par contre, en conséquence à la crise sanitaire, les sociétés de nettoyage sont fort sollicitées en ce moment et ont donc parfois besoin de plus de personnel que d’habitude. Il semblerait donc qu’il y ait des opportunités à saisir dans ce secteur cet été !
Du côté de la grande distribution et de l’alimentaire, il n’y a pas vraiment eu de repos ces derniers mois, bien au contraire ! Il a même parfois eu plus de jobistes engagés que d’ordinaire, cela reste donc un secteur intéressant pour postuler. Cependant, les jobistes qui ont été engagés les mois précédents vont pour la plupart continuer cet été, il est donc possible que selon les magasins, il n’y ait déjà plus de place pour de nouveaux jobistes.
Tu as déjà beaucoup travaillé en 2020 ? Tu ne dépasseras pas forcément ton quota de 475h !
On espère que tu le savais déjà car c’est important : les étudiants sont normalement soumis à un quota de 475h de travail par an, en-dessous duquel les cotisations sociales qui leur sont prélevées sont réduites (on prélève 2,71% de ton salaire au lieu de 13,07 %, ce n’est pas négligeable et c’est pour cela que l’on considère le job étudiant comme « avantageux » !). Si tu dépasses ce quota, ton contrat devient alors «ordinaire » et non plus «étudiant », tu gagneras moins d’argent et tu coûteras plus cher aux employeurs.
C’est donc pour cela que tu veilles à ne pas dépasser ton quota. Sache alors que dans le cadre de la crise, ce plafond a été gelé pour le 2e trimestre 2020 (=avril-mai-juin), parce de nombreux étudiants travaillaient plus que d’habitude pour aider les secteurs qui tournaient à plein régime, comme l’alimentaire et la grande distribution. L’idée était donc de ne pas les pénaliser, qu’ils n’en arrivent pas à dépasser leur plafond alors qu’en quelque sorte, ils aidaient la société. En clair, les heures que tu as prestées en avril, mai et juin n’ont pas été comptabilisées dans ton quota.
Donc, même si tu as déjà beaucoup travaillé depuis janvier, rassure-toi : puisque les heures prestées au 2e trimestre n’ont pas été comptées, ça en laisse plus pour la deuxième partie de l’année, été compris ! 🙂
Où trouver un coup de main pour postuler ?
Les centres Infor Jeunes ont rouvert leurs permanences, et tu peux notamment y recevoir de l’aide pour rédiger ton CV et ta lettre de motivation, voire même t’entraîner à un entretien d’embauche !
Si tu es un peu perdu face à la législation en matière de job étudiant, tu seras également au bon endroit pour recevoir des explications.
Et enfin, point non négligeable : les centres Infor Jeunes disposent souvent d’un petit listing de jobs étudiants disponibles dans leur région, ils sont à l’affût de ce genre d’infos pour pouvoir les relayer aux jeunes et les employeurs eux-mêmes informent parfois directement les centres lorsqu’ils ont un poste étudiant vacant !
Alors n’hésite plus : postule ! Et si tu as besoin d’un petit coup de main, découvre nos conseils sur notre site spécialement dédié au job étudiant. Via ce site, tu pourras également contacter le centre le plus proche de chez toi.

La chronique du mercredi : questions-réponses sur l’impact du coronavirus (part. 2)

Chaque mercredi, Infor Jeunes tient une chronique dans l’émission « Vivre ici » de VivaCité. On y aborde tous les sujets possibles et imaginables qui peuvent te concerner en tant que jeune : job étudiant, mobilité internationale, études, kots, … Retrouve ici, chaque semaine, le replay de l’émission !
Tu connais sans doute notre FAQ et plus particulièrement sa rubrique spéciale coronavirus. Job étudiant, enseignement, mobilité internationale, protection sociale,… Les mesures de restriction prises face au coronavirus impactent ton quotidien et de nombreux jeunes nous posent des questions à ce sujet. Alors, pour vous faire gagner du temps, on recense la plupart de ces questions dans cette FAQ ! 🙂
C’est donc autour de cette FAQ que s’est construite la chronique de ce mercredi puisqu’on a lu plusieurs questions-réponses à l’antenne !
Les questions du jour :– Puis-je résilier mon contrat de bail étudiant à cause du confinement ?– Je ne peux plus me rendre à des entretiens d’embauche, cela impacte-il mon stage d’insertion ou mes allocations d’insertion/de chômage ?– Est-ce que je dois encore faire attention, pendant la crise, au plafond des 240h par trimestre pour garder mes allocations familiales ?

La chronique du mercredi : quelles sont les aides mises en place pour les jobistes

Chaque mercredi, Infor Jeunes tient une chronique dans l’émission « Vivre ici » de VivaCité. On y aborde tous les sujets possibles et imaginables qui peuvent te concerner en tant que jeune : job étudiant, mobilité internationale, études, kots, … Retrouve ici, chaque semaine, le replay de l’émission !
On peut dire que ça a pris du temps, trop de temps, mais des mesures ont enfin été prises pour aider les étudiants qui ont perdu leur job pendant la crise.
Et heureusement, tous les étudiants n’ont pas perdu leur job ! Et ces jeunes qui prennent des risques au quotidien pour venir en aide à la société en renforçant les équipes dans les secteurs surchargés méritaient bien un petit geste aussi.
On t’en dit plus dans la chronique de la semaine, à réécouter ci-dessous, et si tu préfères la lecture, on a aussi cet article, c’est au choix ! 🙂

Attention : Une petite erreur s’est glissée dans la version audio. Lorsque nous parlons des heures qui ne seront pas comptabilisées dans le quota des 475h, il s’agit de celles qui ont été prestées durant le DEUXIÈME TRIMESTRE (avril, mai, juin) et non pas durant ce semestre (de janvier à juin).

Étudiants jobistes : qu’en est-il pour vous pendant la crise ?

Depuis le début des mesures de confinement, Infor Jeunes reçoit quotidiennement des questions de la part d’étudiants jobistes relativement perdus face à la situation. Le réseau en est vite arrivé à ce triste constat : les jobistes ont longtemps été « les oubliés » de la crise sanitaire, en comparaison aux autres types de travailleurs. Mais les choses ont bougé ces dernières semaines, on fait le point pour toi !
Via ce communiqué de presse, nous dénoncions il y a quelques semaines la situation des étudiants locataires, qui devaient continuer à payer leur kot alors qu’ils n’en auront plus l’utilité (suite à la fermeture des unifs) mais surtout malgré la perte des revenus de leur job étudiant ou la diminution du salaire de leurs parents.
En effet, bon nombre de contrats de travail étudiant sont rompus ou suspendus en raison de la crise sanitaire, alors que vous êtes nombreux à avoir besoin d’un job étudiant pour subvenir entièrement à vos besoins ou au moins pour aider vos parents à financer vos études !
Le problème serait sans doute moins important si, comme les salariés, ouvriers, apprentis et intérimaires, vous aviez droit au chômage temporaire, ou si des aides vous étaient versées comme aux indépendants. Mais force a été de constater que vous étiez, jusqu’à il y a quelques jours, les oubliés du marché du travail.
De l’aide pour les étudiants qui ont perdu leur job
Heureusement, à force de se battre et de faire remonter le problème aux autorités, les différentes associations qui défendent vos droits et vos intérêts ont visiblement fait bouger les choses, puisque :
Pour aider les étudiants impactés par les mesures de confinement, le gouvernement dégage la somme de 2.285.000 euros.
Ce fonds d’urgence doit permettre aux étudiants en grande difficulté financière de pouvoir continuer à payer leur loyer, ou encore payer différents abonnements dits « numériques » pour suivre les cours en ligne, par exemple.
Pour le moment, nous n’avons pas plus d’informations quant aux conditions d’accès à ce fonds (retrouve ici l’annonce des ministres Glatigny et Daerden). Reste donc attentif à l’actualité dans la presse et viens régulièrement faire un tour sur notre site et sur notre FAQ (plus d’infos ci-dessous). Sache également qu’à côté de ce fonds d’urgence débloqué pour les étudiants, des subsides sociaux ont également été accordés aux établissements d’enseignement supérieur pour venir en aide à leurs étudiants. Il semblerait d’ailleurs que les 2 millions débloqués pour les étudiants soient également à destination des établissements afin qu’ils puissent être redistribués aux étudiants par ce biais. N’hésite donc pas à prendre contact avec le service social de ton établissement.
Un geste pour les étudiants qui continuent à jober
Heureusement, tous les contrats étudiants n’ont pas été rompus ou suspendus, il en persiste notamment dans le secteur médical ou encore le secteur alimentaire, qui tournent à plein régime. Les étudiants y sont d’une grande aide et certains travaillent beaucoup en ce moment pour renforcer les équipes. Or, tu le sais certainement, en tant qu’étudiant, tu dois respecter certains plafonds (comme le plafond de 475h de travail sur l’année, par exemple) si tu ne veux pas que les avantages liés au travail étudiant te passent sous le nez (cotisations sociales réduites, maintien des allocations familiales, pas d’impôts et pas de conséquence sur les impôts de tes parents).
Chez Infor Jeunes, il nous paraissait donc important que ces plafonds soient « gelés » en cette période de crise afin que les étudiants ne soient pas pénalisés parce qu’ils « travaillent trop » par rapport à ce qui est autorisé habituellement alors qu’ils aident la société, en prenant des risques, même ! Et heureusement, les autorités semblent du même avis puisqu’elles ont annoncé que :
1) les heures prestées durant le 2e trimestre 2020 (avril – mai – juin) ne compteraient pas dans le calcul des 475h.
2) le plafond des 240h par trimestre relatif au maintien des allocations familiales est levé pour toute l’année 2020, et ce pour tous les étudiants peu importe leur âge.
Pour le moment, aucune mesure n’a été annoncée quant aux différents plafonds relatifs aux impôts.
Bon à savoir :
Savais-tu que nous avons créé une FAQ spéciale « coronavirus » ? Près de 20 questions concernent les jobs étudiants. Tu trouveras certainement la réponse à ta question dans cette liste :

Aller à la barre d’outils